Franklin Aleba Mokala

In Memoriam

Franklin Aleba Mokala (1984 – 2016)

Franklin Aleba Mokala—poet, composer, and musician from Cameroon—left this world August 16, 2016 in Nantes. The art world lost a wonderful artist, musician and great poet of his mother tongue Banen.
After growing up between Ndikiniméki and Yaoundé, he lived and worked in Douala until 2013 as an indispensable artist of the urban Cameroon scene. Aleba Mokala was a singer, guitarist, and member of the „HipHop développé“ Collective. His minimalist style is based on the urban and traditional rhythms of Cameroon and its poetic language. Le Black Viking, as his friend Sadrak calls Franklin, sung in Banen and French about utopias and hope for a different way of living together among people, for a different, more respectful world.

 

Franklin Aleba Mokala in Stuttgart 2013/Crossing Boundaries of Doubt

Franklin Aleba Mokala in Stuttgart 2013

For his wonderful and touching contributions to the project CROSSING BOUNDARIES OF DOUBT and the time we spent together, we are very grateful.
http://crossing-boundaries-of-doubt.net/chapter/passer-la-frontiere-des-doutes-crossing-boundaries-of-doubt/time/
http://crossing-boundaries-of-doubt.net/chapter/conversation-with-masks/the-sacrifice/
http://crossing-boundaries-of-doubt.net/chapter/dancefloor-of-the-new-world-dancefloor-to-come/le-dancefloor/
A text by SadraK, written in memory of Franklin / Un text de SadraK, écrit en pensant à Franklin

La pluie se fait plus bruyante sous le ciel de Douala tandis que je te lis.
Suis tjrs dans mon lit face à la lumière qui entre par la fenêtre.
Le ciel pleure de chaudes larmes mélodieuses.
J’entends de temps à autre un vif et bref chant d’oiseau.
L’amour comme s’il en pleuvait.
L’esprit est noble mais la chair est trop faible et c’est bien ça le drame.
On aura intérêt à créer des écoles qui initie au bonheur à plein temps.
Laisser tomber l’enseignement de la compétition et du culte de l’argent. Prôner l’amour de l’Art et des Gens. Oui le temps c de l’art, le temps c les gens, les âmes vivantes qui nous émeuvent par leur présence au delà du visible. Des présences qui nous invitent à aimer grand, aimer large, goûter aux instants que nous offrent les frères, les parents, les amis, nos enfants d’ici /d’ailleurs…goûter la vie au jour le jour comme on goûte un fruit de la compassion.
Au delà des regrets le meilleur de FranKLin vivra toujours. Aucune prison ne peut retenir une âme qui rêve de retourner au ciel faire compagnie avec les gouttes de pluie. Qu’il pleuve donc. Qu’il pleuve sur la terre une saison de tendresses fertiles et qu’il mûrisse sur les arbres des fruits de compassion partagée. FranKLin aleba Mokala, le viking noir, repose en paix. Et son âme est noble comme une goutte de pluie /
(Sadrac Pondi, 2016)

link to the song „Don’t worry/kenda kamakoro“ of Franklin Aleba Mokala :
https://soundcloud.com/hiphopdeveloppe-2/aleba-kenka-kamoro